visites

Hommage à 

Charles Gadenne

                                                                          30 juillet 1925- 23 janvier 2012

 

Charles Gadenne nous a quittés le 23 janvier 2012........

Nous sommes tristes et nos pensées vont vers ses proches et sa famille.

Nous avions eu le privilège d'exposer ses oeuvres à Villevaudé lors des journées du patrimoine en septembre 2011. 

Son oeuvre immense coulée dans le bronze témoignera à jamais combien l'artiste était  grand et combien son Art et son talent seront  pour l'éternité vivants et appréciés de tous .

Visiteur tu te souviendras, en regardant ses sculptures, combien l'homme aimait la vie, la représentait dans ce qu'elle a de plus pure, dans les formes que le créateur a donné aux êtres de chaire que nous sommes et dont les femmes sont à l'origine de toute vie sur cette terre et qu'il représenta si bien.

Charles Gadenne a rejoint aujourd'hui  Auguste Rodin, françois Rude, Camille Claudel, Aristide Maillol et bien d'autres.....pour sculpter les chemins des cieux à jamais et tracer la voie de l'art au paradis.

Monsieur Gadenne nous n'oublierons jamais que vous fûtes Villevaudéen.

 

              Claude PETIT

 

Charles Gadenne est né à Roubaix en 1925. Attiré dès son plus jeune âge par le dessin, il entre en 1939 à l'école des Beaux-Arts.
La découverte de l'oeuvre d'Auguste Rodin et l'apprentissage de la sculpture dans l'atelier de De Jaeger le décident à devenir sculpteur. Inscrit à l'école nationale des Beaux-Arts de Paris, il entre en 1944 dans l'atelier de Marcel Gimond et consacre une partie de son temps à l'enseignement du dessin. Nommé professeur à l'École Normale des Filles de Laon en 1953,
 
Il s’installe à Villevaudé au hameau de Bordeaux, rue de Lagny pour deux ans, la maison restera dans la famille. 
 
Charles Gadenne tombe amoureux de l'une de ses élèves, Madeleine Cocteau, et choisit alors de venir enseigner le dessin à Dunkerque, au lycée Jean Bart.
 
Il reçoit dès 1956 ses premières commandes publiques. Il participe à plusieurs expositions en France et à l'étranger où le dessin côtoie très souvent la sculpture.
 Dessinateur et sculpteur, Charles Gadenne s'adonne également à la gravure.
Il installe à son domicile, en 1969, un atelier de lithographie originale ainsi qu'une fonderie. Ardent défenseur de l'art en région, il succède en 1971 à Arthur Van Hecke à la présidence du Groupe de Gravelines. Charles Gadenne se consacre aujourd'hui exclusivement au dessin.
 
L’artiste et son modèle 1998
 
 
 
Charles Gadenne a dessiné, sculpté, inlassablement. Non pas quelques modèles privilégiés, sujets d’attitude, mais une foultitude d’hommes, de femmes, d’enfants…ses proches, sa compagne, mais aussi ses amis, les enfants de ses amis, parce que c’est sa manière à lui d’aller à l’autre.
Dans le jardin de l’artiste
Charles Gadenne se situe là, avant dans cette passionnante et longue histoire de l’artiste et de son modèle. Non pas, comme on pourrait l’imaginer un peu romantiquement, que l’artiste, dans sa traque aiguë du sujet, révèlerait enfin l’autre, son moi profond et caché, son caractère particulier ou sa « substantielle moelle », mais que, par la liberté qu’il prend justement avec l’autre, il œuvre. « Le modèle, c’est toujours le coup de foudre »
 
 
La conversation
1977-1982
Bronze
 
Mais sans le nu féminin, Charles Gadenne serait-il Gadenne ?
Avant de nous laisser méditer dans son atelier, il ôte le linge mouillé qui protège un moulage en cours. Une femme est prête à naître de la terre informe.
Autour de cette femme en terre, des plâtres, des bronzes, des plâtres, des bronzes. Vertige du temps qui passe et du temps immuable coulé dans le bronze. Ivresse de la création, de la création, de la recréation. Les doigts pressés du sculpteur, la chaire palpitante du modèle, la terre, les matières, le feu et la cendre et le feu du bronze en fusion feront l’œuvre et l’univers de Charles Gadenne. Comme s’il avait besoin du feu pour exprimer sa passion pour la femme et la couler à jamais dans le temps en l’immortalisant ainsi.  
L’artiste devient artisan et tout l’atelier devient fonderie lorsqu’il convient de couler la matière et de fondre son modèle pour l'éternité.
 .
 
Charles Gadenne exprime ses multiples talents et se consacre désormais au dessin. La femme continue d’être son inspiration. Il la dessine nue, car c’est ainsi que le créateur l’a conçue et que l’homme la désire.
Pourquoi tant de femmes ? Le corps féminin fétichisé est comme élevé à la fonction de clef de vie, de clef de voûte de la création. D’aucun parle de continent, porteur de cet obscur objet du désir jamais possédé même dans cette tentative de le fétichiser. Voilà ce dont les bronzes et les dessins de Charles Gadenne parlent, le désir, le sien, celui du modèle, pour émouvoir le nôtre.
 
Laurence couchée –Bronze 1986

En Hommage à Charles Gadenne - Sculpteur ayant habité Villevaudé et où il laissa de nombreuses attaches

                                                                                      Claude PETIT

l'exposition des peintres et sculpteurs de Villevaudé -Septembre 2011-